Home / Aliments / APERÇU DE L’UTILISATION DES PROBIOTIQUES EN AQUACULTURE (PARTIE I)

APERÇU DE L’UTILISATION DES PROBIOTIQUES EN AQUACULTURE (PARTIE I)

En Afrique, une considération clé sur fond de transfert technologique au secteur de l’aquaculture est que celui ci devrait se faire en respect de la protection de la diversité biologique des écosystèmes aquatiques et de l’impact potentiel sur l’autonomie et l’économie des communautés rurales et des moyens de subsistance des populations.

Or, L’utilisation  des  probiotiques  en  aquaculture  augmente  avec  les  demandes  socio-économiques   du   secteur; grâce   à l’évolution   de l’état   des    connaissances du microbiote gastro-intestinal des poissons, et à l’activité  de  certaines souches  lactiques  à  caractère  probiotique  est  exploitée  pour  produire  des  aliments fonctionnels à caractères préventifs et thérapeutiques.

 1.Introduction

L’aquaculture, qui est maintenant le secteur de la production alimentaire qui connaît la croissance la plus rapide au monde, évolue dans de nouvelles directions, s’intensifiant et se diversifiant. L’intensification et la commercialisation de la production aquacole s’accompagnent de nombreux défis, tels que la lutte contre les maladies et les épizooties, l’amélioration et la domestication des stocks de géniteurs, la mise au point d’aliments et de mécanismes d’alimentation appropriés, les techniques d’écloserie et de grossissement, ainsi que la gestion de la qualité de l’eau. Parmi ces maladies, les épidémies sont l’un des problèmes majeurs qui affectent la production aquacole, car elles freinent le développement économique et social de nombreux pays. En outre, la disponibilité d’aliments pour l’aquaculture constitue un autre défi majeur dans l’industrie aquacole en pleine expansion, les aliments représentant jusqu’à 70% des coûts d’exploitation de la plupart des espèces aquacoles. La qualité et les méthodes d’alimentation doivent donc être soigneusement prises en compte afin d’améliorer les performances de croissance et l’efficacité alimentaire des animaux d’élevage. Plusieurs rapports antérieurs ont suggéré que la supplémentation en probiotiques pouvait réduire les épidémies en renforçant le système immunitaire des poissons et des crevettes et pouvait réduire les coûts de la culture en améliorant la croissance et l’efficacité alimentaire du poisson. En outre, en améliorant la physiologie animale, l’application de probiotiques peut améliorer la qualité de l’eau, car une meilleure efficacité de l’alimentation peut permettre au poisson de produire moins de déchets. L’application de probiotiques en aquaculture a été largement utilisée comme moyen de contrôler les maladies, d’améliorer la réponse immunitaire, de fournir des contributions nutritionnelles et enzymatiques à la digestion de l’hôte et d’améliorer la qualité de l’eau. Les probiotiques sont également considérés comme une méthode de traitement respectueuse de l’environnement. Les probiotiques peuvent être ajoutés à l’alimentation sous forme de microorganismes vivants pour créer une communauté de microfloraux indigènes équilibrée dans le tractus gastro-intestinal. De plus, l’utilisation des probiotiques en tant qu’agents thérapeutiques est envisagée et certains agriculteurs les utilisent déjà préférentiellement par rapport aux antibiotiques. L’utilisation de probiotiques, qui contrôlent les agents pathogènes par divers mécanismes, est de plus en plus considérée comme une alternative au traitement antibiotique. Cette revue résume les études sur les probiotiques et évalue d’autres applications des probiotiques en aquaculture.

  2. Définition de probiotique

Le terme probiotique a ses origines dans les mots grecs signifiant «pour la vie». A l’origine, Lilley et Stillwell (1965) s’en servaient pour décrire l’une des substances produites par les protozoaires qui stimulent d’autres microorganismes, puis pour décrire des compléments alimentaires pour animaux bénéfiques à l’animal hôte (Fuller, 1989).

Fuller (1989) a révisé la définition de «complément alimentaire microbien vivant qui affecte avantageusement l’animal hôte en améliorant son équilibre microbien intestinal». Cette définition met en évidence la composante essentielle des probiotiques en tant que cellules vivantes et pas seulement des «substances».

D’autres définitions utilisées en aquaculture indiquent qu’un probiotique est un complément alimentaire microbien vivant qui confère des avantages pour la santé ou une résistance aux maladies pour l’hôte (Lara-Flores et Aguirre-Guzman, 2009). Le concept de probiotiques aquatiques est relativement nouveau et des méthodes d’évaluation de l’efficacité des probiotiques sont nécessaires. Fuller (1989) a proposé qu’un bon probiotique présente les caractéristiques suivantes:

(1) efficacité d’application;

(2) non pathogène et non toxique;

(3) existant en tant que cellules viables, de préférence en grand nombre;

(4) survivre et participer activement au métabolisme de l’intestin et

(5) se stabiliser et rester viable pendant de longues périodes de stockage et dans les conditions du champ.

La différence dans la flore intestinale des animaux aquatiques et terrestres est une conséquence des différences dans le milieu environnant. Le microbiote intestinal des animaux aquatiques ressemble donc beaucoup au microbiote du milieu aquatique. Chez les animaux aquatiques, des souches probiotiques ayant deux sources, le microbiote autochtone et le microbiote exogène, ont été isolées. Les bactéries anaérobies facultatives à Gram négatif, Vibrio et Pseudomonas, sont le microbiote indigène prédominant des espèces de poissons marins. Aeromonas, Plesiomonas, des représentants de la famille des Enterobacteriaceae et des bactéries anaérobies des genres Bacteroides, Fusobacterium et Eubacterium, constituent un autre microbiote indigène important des espèces de poissons d’eau douce. Kesarcodi-Watson et al., 2008). Cependant, la dynamique de la population de la microflore intestinale indigène qui colonise l’intestin est très complexe et comporte de nombreuses relations entre différents microorganismes et parmi les microorganismes et l’hôte (Fuller, 1989). Le maintien et la stabilité de la flore microbienne chez les animaux aquatiques sont liés à des facteurs environnementaux externes (Lara-Flores, 2011). Cette stabilité ne se manifeste pas chez les larves de bivalves en raison du court délai de transit des bactéries chez les larves de bivalves (Jorquera et al., 2001). De plus, l’effet de l’utilisation de probiotiques sur l’équilibre de la flore intestinale n’a été défini et démontré que dans certains cas (Lara-Flores et Aguirre-Guzman, 2009). Tannock (1997) a défini les probiotiques comme «des cellules microbiennes vivantes administrées sous forme de compléments alimentaires dans le but d’améliorer la santé».

Source : https://www.researchgate.net/publication/274255141_Overview_of_the_use_of_probiotics_in_aquaculture

About Dr Mustapha . A

Check Also

INGENIEUR TUNISIEN EN GENIE HALIEUTIQUE ET ENVIRONNEMENT CHERCHE UN EMPLOI DANS LE DOMAINE DE L’AQUACULTURE

Ingénieur halieute diplômé de l’Institut National Agronomique de Tunisie (INAT) est actuellement à la recherche …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *