Home / Aquaculture / LES ESPECES D’EAU DOUCE AQUACOLES SONT ET SERONT L’INDUSTRIE AQUACOLE QUI CONTRIBUERA D’AVANTAGE A ASSURER L’ALIMENTATION DANS LE MONDE ENTIER.

LES ESPECES D’EAU DOUCE AQUACOLES SONT ET SERONT L’INDUSTRIE AQUACOLE QUI CONTRIBUERA D’AVANTAGE A ASSURER L’ALIMENTATION DANS LE MONDE ENTIER.

Par: Salvador Meza, Rédacteur en chef et éditeur de Aquaculture Magazine et de Panorama Acuicola Magazine

« Les espèces d’eau douce, comme la carpe, le pangasius et le tilapia, seront responsables de la majeure partie de l’augmentation de la production aquacole et représenteront 60% de la production aquacole totale en 2025 ».

Selon les dernières données de la FAO, la production de poissons issus de l’aquaculture marine et côtière était de 6,9 millions de tonnes à la fin de 2016, un chiffre qui ne représente que 13,6% de la production mondiale de la pisciculture continentale, soit 47,5 millions de tonnes à la fin de cette même année.

Cette organisation internationale s’attend à ce que la production d’espèces d’eau douce, telles que la carpe, le pangasius et le tilapia, devienne la culture aquacole avec un taux de croissance plus élevé dans les 7 prochaines années, et qu’elles représentent jusqu’à 60% de la production aquacole totale mondiale en 2025. Aujourd’hui, le pourcentage de la production aquacole mondiale totale est le suivant :

Crustacés (aquaculture intérieure) : 2,8 %.

Crustacés (aquaculture marine et côtière) : 4,7 %.

Mollusques (toutes espèces aquacoles) : 16 %.

Poissons (aquaculture marine et côtière) : 5 %.

Poissons (aquaculture intérieure) : 43,7 %.

Plantes aquatiques (toute aquaculture) : 26,9 %.

Autres espèces animales (toutes les espèces aquacoles) : 0,9 %.

Ces informations pourraient fournir une certaine orientation aux départements de l’aquaculture des pays d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie du Sud-est afin qu’ils puissent définir leurs politiques de promotion de l’aquaculture conformément aux objectifs de l’Agenda 2030 de la FAO, qui vise l’éradication mondiale de la pauvreté et de la faim à l’horizon 2050.

Dans une industrie de l’élevage comme l’aquaculture, qui offre des possibilités infinies pour le développement d’espèces sensibles à la production commerciale, les priorités de l’État se transforment souvent en de multiples efforts discrétionnaires en termes d’intérêts du fonctionnaire au pouvoir, d’idées et de projets des responsables universitaires qui lui sont les plus proches, ou des influences incisives d’hommes d’affaires puissants où, à la fin, lorsque les dommages sont comptabilisés, les résultats suggèrent un gaspillage excessif des ressources publiques dans le développement de cultures de toutes sortes d’espèces avec des résultats maigres et limités, qui contribuent très peu au développement de l’aquaculture dans le pays où la référence est faite.

Sur la base de ces prévisions de la FAO, étayées par des études scientifiques et des modèles économiques, nous savons déjà que, si l’Etat fait de la publicité, en pleine cérémonie, pour contribuer à assurer l’alimentation, les espèces aquacoles qu’il devrait privilégier sont principalement la carpe, le tilapia et le pangasius.

Dans les pays où les taux de malnutrition sont élevés et dans les zones où la marginalisation et la pauvreté sont élevées, comme dans toutes les régions précédemment mentionnées, les ressources publiques devraient être orientées vers la consolidation de la culture de ces espèces et vers leur transformation, leur industrialisation, leur distribution et leur commercialisation.

La quantité d’emplois directs et indirects qui peuvent être générés par le développement de ces espèces, y compris toute la chaîne de production jusqu’à la commercialisation, n’a pas d’équivalent dans aucune autre industrie du secteur primaire.

 

 

About Dr Mustapha . A

Check Also

IMPORTANCE DE L’OXYGENE DISSOUS EN AQUACULTURE

Par : Dr Mustapha ABA, Chercheur en Aquaculture, Nutrition des Poissons. Maroc L’aquaculture continue d’être l’un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *