Home / Aquaculture / PREVENTION DE LA TOXICITE ELEVEE INDUITE PAR L’AMMONIAC CHEZ LES POISSONS D’ELEVAGE

PREVENTION DE LA TOXICITE ELEVEE INDUITE PAR L’AMMONIAC CHEZ LES POISSONS D’ELEVAGE

Par : Amit Kumar Sinha, Ph.D. Jyotsna Shrivastava, Ph.D. Nicholas Romano, Ph.D. Gudrun De Boeck, Ph.D.

Les restrictions en matière d’alimentation peuvent être plus efficaces que la privation d’aliments.

L’industrie aquacole est de plus en plus intensive. Avec des densités de peuplement plus élevées et donc des apports alimentaires plus importants, la qualité de l’eau peut fluctuer considérablement et rapidement, y compris des pics de concentration d’ammoniac (NH3+NH4+). Selon le système, il existe diverses façons d’atténuer l’accumulation d’ammoniac. Dans les étangs, les micro-algues sont souvent encouragées tandis que les systèmes de recirculation dépendent fortement de la filtration biologique.

Néanmoins, il arrive parfois que la production d’ammoniac dépasse la capacité du système à éliminer ou à transformer l’ammoniac en composés moins toxiques (nitrites, et surtout nitrates). Pendant ces périodes, il est de pratique courante de réduire les taux d’alimentation afin de minimiser la production d’ammoniac et donc l’accumulation d’ammoniac dans le sang des poissons. En fait, la toxicité de l’ammoniac est bien connue pour être directement liée aux niveaux d’ammoniac dans le sang.

Cependant, la quantité d’ammoniac dans l’eau ne reflète pas nécessairement les niveaux d’ammoniac dans le sang des poissons. Cela est dû à la capacité de l’animal à excréter de l’ammoniac en présence d’une forte concentration d’ammoniac dans l’environnement et, dans une certaine mesure, à la désintoxication de l’ammoniac en urée moins toxique ou certains acides aminés. Les glycoprotéines rhésus (Rh), situées dans les branchies des poissons, sont les principaux transporteurs de l’ammoniac chez les poissons (figure 1). Leur régulation à la hausse peut être influencée par l’eau alcaline (comme on l’observe chez la truite arc-en-ciel), ce qui augmente considérablement l’élimination de l’ammoniac.

Cependant, comme nous le décrivons ici, des données récentes ont également montré que l’état de l’alimentation peut aussi avoir un effet similaire, ce qui pourrait représenter une stratégie supplémentaire pour contrôler la toxicité de l’ammoniac chez les poissons.

Fig. 1 : Localisation des glycoprotéines Rh dans les branchies des poissons, qui facilitent l’élimination du NH3 toxique.

Source: Global Aquaculture Advocate. 22 Juillet, 2019

 

About Dr Mustapha . A

Check Also

IMPORTANCE DE L’OXYGENE DISSOUS EN AQUACULTURE

Par : Dr Mustapha ABA, Chercheur en Aquaculture, Nutrition des Poissons. Maroc L’aquaculture continue d’être l’un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *