Home / Aquaculture / LE GABON ET LA FAO SIGNENT UN PROJET DE COOPERATION TECHNIQUE PORTANT SUR L’APPUI AU DEVELOPPEMENT DE L’AQUACULTURE COMMERCIALE INTENSIVE EN ZONE PERIURBAINE AU GABON

LE GABON ET LA FAO SIGNENT UN PROJET DE COOPERATION TECHNIQUE PORTANT SUR L’APPUI AU DEVELOPPEMENT DE L’AQUACULTURE COMMERCIALE INTENSIVE EN ZONE PERIURBAINE AU GABON

Classé parmi les plus gros consommateurs de poissons du continent africain, le Gabon, pourtant doté de nombreux cours d’eau et de plusieurs centaines de kilomètres de côtes, tire l’essentiel du poisson qu’il consomme d’autres pays, soit environ à 26 000 tonnes par an. Le gouvernement et la FAO veulent changer la donne.

Avec 885 km de côtes, de nombreux cours et étendues d’eau, le Gabon ne parvient toujours pas à satisfaire sa propre demande en termes de consommation de poisson. Pourtant, selon Lionel Kinadjian, expert en charge des Pêches et de l’Aquaculture de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le pays est derrière les Seychelles le deuxième plus gros consommateur de l’Afrique. Au Gabon, l’on consommerait environ 35 kg de poissons par an et par personne. La production quant à elle n’a toujours pas démarré «On est sur un niveau de production de 45 tonnes par an. Ce qui est très faible par rapport à la production de la pêche maritime continentale, dont le niveau de capture se situe autour de 10 000 à 20 000 tonnes par an», déplore l’expert selon lequel la demande reste presque entièrement couverte par l’importation. Des importations estimées à environ à 26 000 tonnes par an.

Au bureau régional de la FAO, des solutions ont d’ores et déjà été trouvées pour accroître la production au niveau local. L’aquaculture périurbaine est parmi les principales stratégies que l’organisme onusien et le gouvernement entendent mettre à l’épreuve. En août dernier, dans le cadre des initiatives visant à contribuer à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, à la lutte contre la pauvreté au Gabon, le coordonnateur du bureau sous-régional de la FAO, Hélder Muteia, et le ministre gabonais de l’Agriculture, de l’Élevage, de la Pêche et de l’Alimentation, Biendi Maganga Moussavou, ont signé un projet de coopération technique portant sur «l’appui au développement de l’aquaculture commerciale intensive en zone périurbaine au Gabon».

Si Lionel Kinadjian est convaincu de la réussite de ce projet, c’est que, selon lui, le Gabon possède plusieurs atouts pour un bon développement de l’aquaculture en zone périurbaine.

Source : https://www.gabonreview.com/blog/poissons-le-gabon-ce-gros-consommateur-qui-vit-de-limportation/

 

 

About Dr Mustapha . A

Check Also

AQUACULTUREINAFRICA, MEMBRE DE WORLD AQUACULTURE SOCIETY, EST HEUREUX DE VOUS ANNONCER L’ORGANISATION DE LA 1ERE CONFERENCE INTERNATIONALE AQUACULTURE AFRICA 2020 EN EGYPTE.

La section africaine de la WAS ( world aquaculture society) organisera sa 1ère conférence et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *