Home / Aquaculture / L’IMPACT DU CHANGEMENT CLIMATIQUE SUR L’AQUACULTURE

L’IMPACT DU CHANGEMENT CLIMATIQUE SUR L’AQUACULTURE

Par : Dr Onada Olawale Ahmed Université d’Ibadan, Département de l’aquaculture et de la gestion des pêches, Nigeria.

Dr  Ogunola Oluniyi Solomon, Université  de Bremen, Allemagne.

Dr Mustapha ABA, Chercheur en  Aquaculture, Maroc.

Il est clair que le changement climatique a un fort impact sur l’aquaculture. Parmi les trois principaux problèmes, à savoir qui peuvent affecter l’aquaculture continentale on note la sécheresse, les inondations et la hausse des températures, or la sécheresse la plus dangereuse, car sans précipitations suffisantes, l’aquaculture en eau douce est non réalisable. A cet égard, il est nécessaire de donner plus d’importance par des études de recherches sur cet impact car le continent africain est le plus vulnérable par rapport aux autres continents aux effets des  changements climatiques sur l’aquaculture.

L’aquaculture est considérée comme le secteur de production alimentaire qui connaît la croissance la plus rapide au monde pour nourrir une population toujours croissante. Ce secteur très important de la production alimentaire est réellement menacé par le réchauffement de la planète et le changement climatique. Le changement climatique est un changement dans la distribution statistique de la météo sur des périodes allant de décennies à des millions d’années. Il est désormais largement admis que le changement climatique n’est plus seulement une menace potentielle, il est inévitable ; il est la conséquence de 200 ans d’émissions excessives de gaz à effet de serre (GES) dues à la combustion de combustibles fossiles dans la production d’énergie, les transports et l’industrie, la déforestation et l’agriculture intensive. Le changement climatique est une pression supplémentaire sur l’aquaculture d’eau douce et les impacts du changement climatique sur l’aquaculture d’eau douce sont plus complexes que ceux de l’agriculture terrestre parce qu’il retient des animaux poïkilothermes, qui sont très sensibles à divers types de stress biotiques et abiotiques qui affectent directement la croissance, la reproduction, la physiologie et le comportement des poissons. Les changements climatiques affectent directement l’aquaculture en influençant les stocks de poissons ou indirectement la productivité primaire et secondaire, la structure et la composition des écosystèmes, ou en influençant les prix du poisson ou le coût de la farine, de l’huile et des autres biens et services requis par les pêcheurs et les pisciculteurs.

L’aquaculture est exposée aux impacts directs et indirects du changement climatique, bien qu’il y ait moins de caractéristiques et de conséquences du climat affectant ce secteur en raison d’un plus grand niveau de contrôle humain.

La vulnérabilité des communautés aquacoles est principalement une fonction de leur exposition à des événements météorologiques extrêmes, ainsi que de leur exposition à l’impact du changement climatique sur les ressources naturelles nécessaires pour l’aquaculture, comme la qualité de l’eau, du sol, les semences, les aliments pour animaux et le poisson et l’énergie. Cependant, les changements dans la pluviométrie entraîneront un spectre des changements dans la disponibilité de l’eau, allant des sécheresses aux inondations ce qui réduira la qualité de l’eau, la  salinisation des nappes phréatiques et le mouvement de l’eau salée plus en amont dans les cours d’eau a provoqué par l’élévation du niveau de la mer menacera l’aquaculture en eau douce intérieure.

Le ruissellement de l’eau apportera également des éléments nutritifs provenant des eaux usées ou de l’agriculture, les  fertilisants et peuvent causer des proliférations d’algues qui, à leur tour, entraînent une réduction de l’utilisation d’engrais, les niveaux d’oxygène dissous et les  » mortalités de poissons  » et, dans certains cas la destruction d’installations dans le cas des inondations et des fortes crues.

La hausse des températures entraîne une réduction des niveaux d’oxygène dissous et une augmentation du taux métabolique des poissons, entraînant une augmentation de la mortalité des poissons, une baisse de la production ou une augmentation de la consommation dans les besoins en aliments pour les animaux aquatiques tout en augmentant le risque et la propagation de maladie.

L’aquaculture côtière sera exposée à d’importantes perturbations économiques,  les pertes dues aux phénomènes météorologiques extrêmes et aux marées rouges, dont la fréquence et la gravité est susceptible d’augmenter.

Source : https://pdfs.semanticscholar.org/5c79/930d2d10c5f66c7837708583bdfc5952eb55.pdf?_ga=2.264703624.644060046.1572782549-1671057379.1566910064

About Admin . A

Check Also

LA CONFERENCE AQUACULTURE AFRIQUE EST REPORTEE AU 11 – 14 DECEMBRE 2021

En raison des effets dévastateurs de la pandémie de COVID-19 qui a entraîné un verrouillage, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *