Home / Aquaculture / POUR UNE MEILLEURE UTILISATION D’ANESTHÉSIQUES DES POISSONS EN AQUACULTURE AFRICAINE

POUR UNE MEILLEURE UTILISATION D’ANESTHÉSIQUES DES POISSONS EN AQUACULTURE AFRICAINE

Par : Dr Mustapha ABA, Chercheur en  Aquaculture. Maroc

Dans le but d’optimiser la gestion sans que les facteurs de stress et les dommages à l’intégrité physique des poissons ne représentent un point négatif dans le processus de production, l’utilisation d’anesthésiques est devenue une pratique nécessaire. A un degré moindre il s’agit d’une simple analgésie permettant de pratiquer calmement et sans douleur l’échantillonnage en pisciculture, l’examen de lésions, la réalisation de biopsies tissulaires pour étude histologique ou bactériologique. Elle permet aussi de tranquilliser les animaux pendant leur transport en réduisant la motricité, la consommation d’oxygène, l’excrétion de fèces et enfin le stress.

Les anesthésiques sont généralement utilisés lors des procédures de routine dans les élevages de poissons, lorsqu’ils sont administrés de deux façons : par inhalation et par injection. L’anesthésie, qui est souvent une procédure indispensable dans les systèmes d’élevage de poissons, doit être effectuée de la manière la plus efficace possible, tant sur le plan biologique qu’économique. Biologiquement, l’opération vise à anesthésier les poissons sans causer de problème de croissance et de reproduction. D’un point de vue économique, l’utilisation d’une dose correcte d’anesthésiant est fondamentale pour éviter le gaspillage du produit ou la mort du poisson par « overdose ». Voici des informations de base pour anesthésier les poissons en toute sécurité, contribuant ainsi à une opération d’anesthésie correcte dans les piscicultures en Afrique. Toutefois, on ne peut ni approuver ni recommander l’utilisation et/ou l’application de l’un des produits commerciaux.

Les étapes de l’anesthésie

Lorsqu’ils sont immergés dans l’eau avec un anesthésique, les poissons passent successivement par plusieurs étapes d’anesthésie. Pour que l’opération d’anesthésie soit réussie, l’opérateur doit observer ces différentes étapes chez le poisson. Le stade normalement utilisé pour la biométrie, la manipulation des poissons et les géniteurs est l’anesthésie profonde et, ce stade devrait être atteint entre 1 et 3 minutes. Pour les évaluations de santé et les interventions chirurgicales, le stade souhaité est celui de l’anesthésie chirurgicale et ce stade devrait être atteint entre 3 et 5 minutes. La récupération des animaux doit être rapide et moins de 5 minutes, est considérée comme appropriée.

Chaque anesthésique nécessitera une concentration différente pour induire l’étape d’anesthésie souhaitée dans les délais considérés comme adéquats. Cette concentration doit être sans danger, ne pas provoquer de forte réaction du poisson à l’anesthésique et ne pas causer de mortalité. Plusieurs auteurs estiment que 10 minutes devraient être la durée maximale d’anesthésie. Les poissons qui ont été anesthésiés plus longtemps réduisent la marge de sécurité de la dose idéale. Par conséquent, s’il est nécessaire d’anesthésier le poisson pendant plus de 10 minutes, il est conseillé de réduire la dose d’anesthésiant.

Le choix de l’anesthésique

Le choix d’un anesthésique devrait être basé non seulement sur le temps nécessaire à l’induction et à la récupération de l’anesthésique, mais aussi sur des critères tels que la valeur du produit, l’efficacité, la disponibilité sur le marché, la facilité de son obtention, la sécurité pendant son utilisation et les éventuels effets secondaires sur les poissons, le manipulateur et aussi sur l’environnement.

Facteurs influant l’anesthésie chez les poissons

L’anesthésie des poissons peut être affectée par des facteurs biologiques et environnementaux. Parmi les facteurs biologiques, il faut considérer les différences entre les espèces, telles que la forme du corps et la taille de la zone des branchies, et les différences entre les poissons d’une même espèce, telles que la taille, les variations du taux métabolique et la quantité de graisse corporelle. Pour cette raison, les doses recommandées peuvent ne pas s’appliquer à votre poisson, il est donc nécessaire d’ajuster la dose.

Parmi les facteurs environnementaux les plus importants dans l’anesthésie des poissons d’eau douce, on trouve la température et le pH. La température détermine le taux métabolique du poisson. Plus le taux métabolique est élevé et donc plus l’induction de l’anesthésie est rapide. Le pH de l’eau est directement lié à l’efficacité de certains anesthésiques. Pour que ces facteurs environnementaux ne posent pas de problème pendant l’opération d’anesthésie, l’opérateur doit anesthésier systématiquement les poissons à la même température et au même pH. Ainsi, l’opérateur peut normaliser l’ensemble de l’opération, en utilisant presque toujours la même dose d’anesthésique.

Conclusion

Les anesthésiques sont des agents chimiques qui calment les animaux et leur faire perdre progressivement leur mobilité, leur équilibre, leur conscience, et enfin leur réflexe  d’action. Dans le secteur de l’aquaculture, les anesthésiques sont utiles pour réduire le stress causé par l’échantillonnage afin de réaliser les études biométriques ou le transport. De nombreux facteurs peuvent affecter l’efficacité des traitements de l’anesthésie ; par conséquent, les dosages expérimentaux devraient être testés sur un petit groupe de poissons avant toute anesthésie à grande échelle.

 

About Admin . A

Check Also

INSCRIVEZ-VOUS A LA PREMIERE CONFERENCE VIRTUELLE EN AFRIQUE DE L’OUEST

INSCRIVEZ-VOUS A LA PREMIERE CONFERENCE VIRTUELLE EN AFRIQUE DE L’OUEST Le secteur de l’aquaculture est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *