Home / Aliments / POUR UNE BONNE GESTION DU NIVEAU ET DE LA FRÉQUENCE DE L’ALIMENTATION DES ALEVINS DES POISSONS EN AFRIQUE

POUR UNE BONNE GESTION DU NIVEAU ET DE LA FRÉQUENCE DE L’ALIMENTATION DES ALEVINS DES POISSONS EN AFRIQUE

Par : Dr Mustapha ABA, Chercheur en Aquaculture, Nutrition des Poissons. Maroc.

Le  développement de la pisciculture repose sur la mise  en place d’une alimentation appropriée et une stratégie de gestion qui est basée sur l’identification des modèles ou des rythmes d’alimentation quotidiens. Il est bien connu que la quantité et le moment de l’alimentation jouent un rôle important des performances et l’efficacité de l’utilisation des aliments. L’alimentation optimale est importante non seulement pour réguler la consommation d’aliments, la croissance et la composition chimique des poissons, mais aussi pour prévenir la détérioration de la qualité de l’eau qui en résulte de la suralimentation.

Introduction

La nutrition est l’un des facteurs les plus importants qui influencent la performance des poissons d’élevage et est influencée par des facteurs tels que le comportement des poissons, la densité de peuplement, la qualité de l’alimentation, la taille de la ration quotidienne, la fréquence d’alimentation et la température de l’eau. La fréquence d’alimentation dépend principalement des espèces cultivées, de l’âge, de la taille, de la qualité des aliments et de  facteurs de l’environnement. La détermination de la ration optimale  et la fréquence d’alimentation sont des éléments importants pour l’exploitation aquacole, car ils sont importants pour assurer un taux de conversion alimentaire (FCR) de l’organisme cultivé, et éviter la pollution des milieux aquatiques.

Une bonne pratique alimentaire consiste à fournir une denrée alimentaire rentable au(x) bon(s) moment(s), dans les bonnes quantités et sous la forme appropriée pour la croissance optimale des poissons. La suralimentation et la sous-alimentation peuvent toutes deux être préjudiciables à la production de poissons. La première peut entraîner une détérioration marquée de la qualité de l’eau (diminution de l’oxygène dissous et augmentation de la teneur en ammoniac), une réduction de la croissance/utilisation des aliments et une augmentation de la sensibilité aux infections (en raison d’une sensibilité accrue aux maladies infectieuses par le stress dû à la mauvaise qualité de l’eau).

Pour cela la gestion de l’alimentation en termes d’optimisation (taux et fréquence d’alimentation) est devenue un domaine d’étude crucial dans la culture de nombreuses espèces aquacoles.

Niveau de la Ration et fréquence d’alimentation

La réponse du poisson à l’alimentation et son utilisation de la nourriture peuvent être grandement influencée par son stade de développement biologique ainsi que par le moment de la journée où il se nourrit, car une mortalité importante peut résulter de mauvaises pratiques d’alimentation à différents stades de développement des poissons. D’autre part, la suralimentation peut surcharger l’estomac et l’intestin, entraînant une diminution de l’efficacité digestive et une réduction de l’utilisation des aliments. L’augmentation du taux de conversion et la pollution de l’environnement en sont les résultats. Étant donné que les alevins de poissons absorbent une ration d’alimentation quotidienne élevée pour satisfaire leurs besoins nutritionnels et donc ingèrent une quantité adéquate de nourriture, et que la fréquence d’alimentation élevée entraîne un ratio d’alimentation quotidien élevé et de petites quantités de nourriture par alimentation, dans ce cas, une fréquence plus élevée ne peut être que la plus adéquate.

Or, la réussite de l’aquaculture dépend d’un large majeur d’une bonne gestion de la fréquence d’alimentation des alevins des poissons (le nombre de fois par jour que les alevins des poissons sont nourris) ce qui  peut ne pas être économique en raison de l’augmentation des coûts de main-d’œuvre. Toutefois, l’un des objectifs des pisciculteurs est la recherche constante d’un bon équilibre entre la croissance des poissons et la consommation alimentaire. La production des alevins de poissons de haute qualité est l’un des facteurs clés de la croissance durable de l’industrie de l’aquaculture.

Les espèces carnivores peuvent avoir une fréquence plus faible de en ce qui concerne les omnivores et, selon augmente l’âge de l’alevin du poisson, la fréquence plus élevée des aliments pour les alevins peut apporter des bénéfices significatifs à sa croissance. Une fréquence adéquate d’alimentation peut conduire à la plus faible variation de la taille des alevins des poissons, ce qui a une incidence majeure sur leur commerce.

Une productivité élevée exige une gestion adéquate des aliments, avec l’utilisation de rations nutritionnellement équilibrées, qui représentent entre 40 et 60% des coûts totaux de production. En outre, dans les entreprises aquacoles où l’on souhaite une croissance maximale, ainsi que la réduction des coûts de production et des impacts environnementaux, un protocole de gestion alimentaire adéquat est nécessaire.

Le niveau et la fréquence de l’alimentation sont importants pour une gestion adéquate de la nourriture dans une ferme piscicole. Un niveau d’alimentation inférieur aux besoins physiologiques peut entraîner une faible performance de production et une augmentation de la durée de culture, ce qui influence le rendement économique de l’activité. D’autre part, un excès d’aliments peut entraîner des déchets alimentaires, une augmentation des coûts de production et une baisse de la qualité de l’eau  et, par conséquent, nuire aux performances zootechniques, augmenter l’incidence des maladies et la mortalité, en plus de provoquer l’eutrophisation du milieu aquatique.

Facteurs influençant la fréquence d’alimentation

Une fréquence d’alimentation adéquate stimule les poissons à rechercher de la nourriture à des moments prédéterminés et contribue à améliorer la conversion alimentaire, à augmenter la prise de poids, à réduire le gaspillage d’aliments et les coûts de production, à fournir une meilleure qualité de l’eau d’élevage et à donner plus de possibilités d’observer l’état de santé des poissons grâce à des changements dans l’activité alimentaire. La fréquence d’alimentation nécessaire au bon développement des poissons varie principalement en fonction de l’espèce, de l’âge des animaux, de la qualité et de la température de l’eau.

La fréquence d’alimentation varie en fonction de l’âge, de l’espèce de poisson et de la qualité du l’eau, en particulier le niveau d’oxygène et la température.

Le métabolisme des poissons varie en fonction de la température de l’eau. Lorsque la température diminue, l’appétit du poisson diminue également ; lorsqu’il augmente, l’appétit du poisson augmente. On décrit ci-dessous les facteurs influençant sur le niveau et la fréquence alimentaire

  • Les niveaux d’oxygène dissous interfèrent aussi directement avec l’alimentation des alevins des poissons. Les niveaux d’oxygène inférieurs à 5mg/L commencent déjà à interférer avec l’appétit, car le poisson cesse de manger lorsqu’il est en dessous de 3mg/L.Souvent, les poissons ne se nourrissent pas le matin car les niveaux d’oxygène sont faibles, ne retournant à l’alimentation qu’après que ces niveaux soient augmentés. Le suivi du niveau d’oxygène dissous est une mesure de gestion essentielle pour la pisciculture.
  • La fréquence d’alimentation diminue à mesure que l’âge des poissons augmente. Les petits poissons doivent être nourris plusieurs fois par jour pour accompagner leur développement. Une fréquence d’alimentation plusieurs fois par jour favorise une meilleure conversion alimentaire chez les poissons par rapport à une moyenne de deux ou trois fois par jour. La fréquence alimentaire des alevins de poissons est supérieure par rapport aux poissons de grande taille, car ces derniers ont une plus grande capacité à stocker la nourriture dans l’estomac.
  • Horaire de l’alimentation : C’est une variable qui est également liée à l’espèce de poisson. Les poissons omnivores se nourrissent le mieux tôt le matin et au crépuscule, mais peuvent s’adapter à d’autres moments de la journée. L’idéal est de nourrir les alevins de poissons en même temps pour les conditionner.
  • Approvisionnement en aliments : Dans les deux premières semaines où les alevins arrivent de l’écloserie, la nourriture doit être répandue sur toute la surface des bassins, afin que chaque alevin ait la possibilité pour se nourrir. À ce stade, il y a une ségrégation sociale marquée et, si la nourriture n’est pas fournie de manière uniforme, la croissance inégale du groupe des alevins se produit, par conséquent, on observe l’augmentation des différences de taille et poids et on obtient par la suite une population non homogène.

Conclusion :

Le maintien d’une bonne gestion du niveau et de la fréquence alimentaire les  alevins de poissons en aquaculture peut apporter des résultats positifs quant à la performance productive, un fait qui aurait certainement une influence positive sur le rendement économique. Une meilleure  optimisation de la fréquence d’alimentation peut mener aux résultats souhaitables de l’aquaculteur tout en minimisant les coûts et en évitant les excès alimentaires qui pourraient nuire à la qualité de l’eau.

 

 

 

 

 

 

About Admin . A

Check Also

INSCRIVEZ-VOUS A LA PREMIERE CONFERENCE VIRTUELLE EN AFRIQUE DE L’OUEST

INSCRIVEZ-VOUS A LA PREMIERE CONFERENCE VIRTUELLE EN AFRIQUE DE L’OUEST Le secteur de l’aquaculture est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *