Home / Aquaculture / AQUACULTUREINAFRICA CELEBRE LA JOURNEE MONDIALE DE L’EAU 22 MARS – SOUS LE THEME EAU ET CHANGEMENT CLIMATIQUE

AQUACULTUREINAFRICA CELEBRE LA JOURNEE MONDIALE DE L’EAU 22 MARS – SOUS LE THEME EAU ET CHANGEMENT CLIMATIQUE

Par : Dr Mustapha ABA, chercheur en Aquaculture, Nutrition des Poissons .Maroc

Chaque année, le 22 mars, la Journée mondiale de l’eau est célébrée. L’eau est une ressource naturelle essentielle pour la survie de tous les êtres vivants de la planète. L’espèce humaine l’utilise de plusieurs façons, parmi lesquelles on peut souligner l’utilisation pour l’hygiène personnelle, la consommation directe, la production alimentaire surtout en aquaculture.

L’aquaculture est exposée aux impacts directs et indirects du changement climatique, bien qu’il y ait moins de caractéristiques et de conséquences du climat affectant ce secteur en raison d’un plus grand niveau de contrôle humain. La vulnérabilité des communautés aquacoles est principalement une fonction de leur exposition à des événements météorologiques extrêmes, ainsi que de leur exposition à l’impact du changement climatique sur les ressources naturelles nécessaires pour l’aquaculture, comme la qualité de l’eau, du sol, les semences, les aliments pour animaux et le poisson et l’énergie. Cependant, les changements dans la pluviométrie entraîneront un spectre des changements dans la disponibilité de l’eau, allant des sécheresses aux inondations ce qui réduira la qualité de l’eau, la  salinisation des nappes phréatiques et le mouvement de l’eau salée plus en amont dans les cours d’eau a provoqué par l’élévation du niveau de la mer menacera l’aquaculture en eau douce intérieure.

La Journée mondiale de l’eau est célébrée chaque année le 22 mars. La date a été suggérée lors de la Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement de 1992, et a été célébrée en 1993. Chaque année, un nouveau thème est choisi, le thème de 2020 étant « L’eau et le changement climatique ».

L’objectif de la Journée mondiale de l’eau est de promouvoir la sensibilisation à l’importance de l’eau pour notre survie et celle des autres êtres vivants. En outre, cette date est un moment pour rappeler l’importance de l’utilisation durable de cette ressource et l’urgence de conserver les environnements aquatiques, en évitant la pollution et la contamination.

Le 22 mars 1992, les Nations unies ont publié un document connu sous le nom de Déclaration universelle des droits de l’eau. Ce document présente des points importants sur cette ressource en eau, en soulignant son importance et la nécessité de la préserver.

L’eau est une ressource vitale pour notre survie et représente un lien entre tous les écosystèmes de la planète. En outre, elle est utilisée à des fins domestiques, industrielles, de loisirs, d’agriculture, d’élevage, de commerce, de navigation, d’aquaculture, de production d’énergie et d’électricité, de santé et de loisirs.

Face à la nécessité de mettre une eau de qualité à la disposition de la population et au processus de dégradation de cette ressource qui touche tous les êtres vivants, la Journée mondiale de l’eau vise à susciter une réflexion et à créer des stratégies pour sa préservation.

Selon l’ONU, la « crise de l’eau » est prévue pour les prochaines années, où des milliards de personnes auront des difficultés à satisfaire leurs besoins en eau et la moitié d’entre elles seront confrontées à une pénurie extrême s’il n’y a pas de changement dans les modes de consommation, d’utilisation et de conservation des sources d’eau. C’est pour ces raisons, entre autres, qu’il est essentiel que les différentes activités de l’aquaculture reconnaissent l’importance de la principale source de ressources et de succès au sein de l’entreprise aquacole par une utilisation rationnelle de  l’eau.

L’Afrique possède des plus grands potentiels hydriques continentaux, répartis dans l’un des réseaux hydrographiques les plus étendus et les plus denses du monde. Ce grand potentiel des eaux continentales – de surface et souterraines – doit être considéré comme un capital écologique d’une importance inestimable et un facteur concurrentiel fondamental pour un développement socio-économique durable.

L’Afrique dispose en réalité d’un potentiel hydraulique assez important. En effet l’eau y est abondante : le continent compte dix sept grands fleuves et une centaine de lacs auxquels s’ajoutent d’importantes nappes phréatiques. Cependant, cette ressource est mal répartie entre l’Afrique de la pénurie potentielle au Nord, l’Afrique du manque d’eau ou Afrique Saharienne et sub-Saharienne et enfin une troisième Afrique, celle de l’excès d’eau, dans la zone équatoriale.

Au regard des impacts du changement climatique, de l’accroissement démographique, de la diversification des activités économiques et de la dégradation actuelle de l’environnement, la maîtrise et l’exploitation de l’eau en aquaculture, sont devenues des questions stratégiques. Dans la plupart des cas, l’absence de dispositifs appropriés, c’est-à-dire des structures de gouvernance qui permettent de garantir une gestion rationnelle et durable de la ressource, a entraîné, , la mise en œuvre d’une meilleure optimisation de l’eau, par de nouvelles techniques qui connaissent un essor de plus en plus important en Afrique à savoir l’intégration de l’aquaculture à l’agriculture par le biais de l’irrigation et l’aquaponie.

Conclusion

On retiendra en résumé que le continent Africain présente des situations contrastées en ressources hydriques. A l’exception des zones arides et semi arides, l’Afrique est très riche en eau. La valorisation optimale de cette ressource doit s’appuyer sur deux leviers essentiels :

(a) le développement des infrastructures qui font cruellement défaut (notamment les infrastructures hydrauliques pour l’alimentation des bassins d’aquaculture en eau pour contribuer à la lutte contre l’insécurité alimentaire ;

(b) la mise en place de dispositifs  et nouvelles techniques appropriés pour une meilleure optimisation de l’eau en aquaculture africaine.

L’adaptation des techniques et la bonne gestion collective de la ressource en eau, sont les pistes privilégiées, dans le cadre des groupes communautaires et associatifs de gestion de l’eau, source qui devient plus en plus rare avec l’expansion démographique, l’impact des changements climatiques et le défi de la sécurité alimentaire et la lutte contre la pauvreté en Afrique.  

 

 

About Admin . A

Check Also

INFLUENCE DE LA TECHNOLOGIE DES SERRES SUR LA TEMPERATURE DE L’EAU DANS LES ZONES DE HAUTE ALTITUDE SUR LA CROISSANCE DU TILAPIA DU NIL (Oreochromis niloticus)

L’adoption de la technologie des serres dans  l’aquaculture  des espèces de poissons d’eau chaude comme …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *